Article - Mettre fin à la guerre contre les femmes

Par Ouafa Hajji, Présidente de l'Internationale socialiste des Femmes (ISF) et George Papandreou, Président de l'Internationale socialiste (IS)

Le 02 février 2013

Pour la saint Valentin, d'innombrables couples fêteront le romantisme à la lueur des chandelles. Le même jour, un milliard de femmes et d'hommes dans le monde se lèveront pour jeter un peu de lumière sur la face moins plaisante des relations entre les sexes.

Selon l'ONU, une femme sur trois dans le monde est violée ou battue au cours de sa vie. Dans certains pays, jusqu'à sept femmes sur dix sont battues, violées, abusées ou mutilées. Les victimes de ces abus sont souvent traitées comme des criminelles - déshonorées, brutalisées, isolées, emprisonnées voire exécutées - alors que les coupables restent libres. Des millions de femmes souffrent ainsi, sans que personne ne le sache.

En décembre dernier, le viol collectif brutal et le meurtre d'une jeune femme de 23 ans en Inde, deux mois après que les Taliban au Pakistan avaient tiré sur Malala Yousafzai, 14 ans, parce qu'elle défendait l'éducation, a provoqué des manifestations à grande échelle. Ce tollé devrait marquer le début d'un mouvement mondial pour lever le voile du silence qui pèse sur la violence contre les femmes, qui commence souvent au foyer, et qui protège les auteurs.

Crimes d'honneur ou mariages d'enfants, viols par des connaissances ou esclavage sexuel, les crimes contre les femmes sont répandus dans toutes les sociétés. Et quand les femmes ont le courage de signaler un abus, les médecins sont souvent peu coopératifs, la police hostile et le système judiciaire inefficace. Par exemple, une femme sur trois dans l'armée américaine subit des violences sexuelles, généralement perpétrées par un collègue, pourtant les condamnations sont rares. De même, au Royaume-Uni, 473 000 crimes sexuels sont signalés chaque année, dont 60 000-95 000 sont classés comme des viols. Mais pour les trois dernières années, seulement un peu plus de 1000 auteurs par an ont été condamnés pour viol.

Dans les années 1970, les féministes ont identifié le lien entre viol, privilège masculin et dégradation sexuelle des femmes. Aujourd'hui, la pornographie facilement accessible sur Internet enseigne aux garçons et aux hommes que les actes sexuels mettant en jeu l'humiliation et même des violences contre les femmes sont acceptables.

Parallèlement, de nombreuses femmes privilégiées, animées d'un sentiment comme quoi tout leur est dû, rejettent le féminisme comme passé de mode. Pourtant la discrimination entre les sexes reste présente partout dans la société et la plupart des institutions sociales et politiques continuent à encourager des « plafonds de verre » voire la subordination ouverte des femmes. Rares sont les pays où les femmes reçoivent des salaires égaux et des opportunités égales.

Le féminisme a donc un rôle crucial à jouer au XXIe siècle. Après tout, pour citer Michèle Bachelet, Directrice exécutive de l'ONU des Femmes : « la violence contre les femmes est... une menace pour la démocratie, un obstacle à une paix durable, un fardeau pour les économies nationales et une terrible violation des droits fondamentaux. » Les gouvernements doivent continuer à faire progresser les droits des femmes par la législation alors que la société civile doit encourager une évolution culturelle qui rejette la marginalisation des femmes ou leur mauvais traitement. C'est seulement lorsqu'on permettra aux femmes de réaliser tout leur potentiel que les pays garantiront leur progrès économique et social.

Ce potentiel était évident pendant les soulèvements du Printemps arabe lorsque les femmes, autonomisées par les récents progrès d'alphabétisation et d'éducation, ont organisé et dirigé les manifestations qui ont renversé des régimes installés depuis plusieurs décennies. En Égypte, malgré les harcèlements sexuels dont elles étaient victimes à Tahrir Square, les activistes politiques et journalistes ont continué à participer à la révolution.

Mais l'égalité entre les sexes reste un objectif lointain dans cette région, où les femmes sont écartées du processus politique et exercent peu d'influence dans les organes du gouvernement ou dans la rédaction de nouvelles constitutions. D'ailleurs, à l'occasion du second anniversaire de la révolution égyptienne la semaine dernière, lorsque des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour protester contre le président Mohamed Morsi et les Frères musulmans, au moins neuf manifestantes ont subi des agressions sexuelles à Tahrir Square.

En mars, les dirigeants du gouvernement et de la société civile se rassembleront à New York pour une réunion de la Commission internationale sur le statut des femmes afin de définir un plan d'élimination de la violence contre les femmes. Les dirigeants mondiaux devraient saisir cette opportunité pour s'engager à adopter les politiques et débloquer les fonds nécessaires pour mettre un terme aux violations généralisés des droits fondamentaux des femmes.

Mais sans la volonté politique pour adopter des textes de loi et les appliquer efficacement, les promesses n'ont aucun poids. Bien que 187 pays aient signé la Convention internationale de 1979 sur l'élimination de toutes les formes de violence contre les femmes, les statistiques révèlent que bien peu de progrès ont été accomplis.

Prenez l'Afghanistan, qui a ratifié la convention en 2009. Une enquête menée en 2012 par Action Aid a révélé que la violence contre les femmes n'avait jamais été plus répandue, avec 87 % de femmes subissant des violences familiales. La même année, le gouvernement du président Hamid Karzai confirmait le droit légal d'un mari de battre sa femme. Si un homme afghan assassine sa femme, il doit payer une amende.

La situation peut changer, mais pour cela la communauté internationale doit engager une action collective afin de remettre en question les attitudes qui favorisent la violence, l'oppression et l'inégalité. Cinq étapes sont particulièrement importantes :

Ratifier et appliquer tous les traités régionaux et internationaux pertinents, et adopter des lois interdisant la violence contre les femmes et assurent des sanctions efficaces contre les auteurs.

Renforcer la responsabilisation économique et politique des femmes, y compris la mise à disposition d'une aide international pour leur santé, leur éducation et leur bien-être.

Sensibiliser le public à ce problème via les médias traditionnels, ainsi que via les médias sociaux et d'autres voies électroniques.

Mobiliser les hommes et les garçons contre la violence par le biais de programmes éducatifs.

Améliorer le soutien des survivantes de violence et de leurs familles, y compris assistance juridique, accompagnement psychologique et soins de santé.

De nombreux mouvements et organisations internationaux – tels que Women Under Siege, V-Day, et Stop Violence Against Women – œuvrent déjà pour apporter justice et sécurité aux femmes. Les gouvernements et partis politiques devraient soutenir ces initiatives.

Tous les êtres humains méritent justice, égalité et absence de violence. Le 14 février les femmes et les hommes du monde entier devraient soutenir One Billion Rising, un appel mondial lancé aux personnes pour montrer leur soutien au milliard de femmes qui ont survécu à la violence et aux abus. Que vous choisissiez de faire la grève, de danser, de parler ou simplement de vous mettre debout, votre participation permettra au monde de se rapprocher un peu plus de ce but : mettre un terme à cette guerre meurtrière contre les femmes.

_______________

Cet article est paru dans Project Syndicate le 1er février 2013. Project Syndicate travaille avec 488 grands journaux dans 154 pays :

Project Syndicate présente au public des commentaires originaux, intéressants et suscitant la réflexion de dirigeants et penseurs estimés du monde entier. En offrant les perspectives incisives sur notre monde en évolution des personnages qui influencent l'économie, la politique, la science et la culture, Project Syndicate a créé un espace sans équivalent pour les débats publics informés.

Project Syndicate est la plus grande organisation de syndication d'opinions dans le monde ; elle fournit aux plus grands journaux d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Amérique des commentaires exclusifs faits par des dirigeants et des faiseurs d'opinion. Project Syndicate s'engage à maintenir le large éventail intellectuel et la portée mondiale dont les lecteurs ont besoin pour comprendre les préoccupations et les choix qui influencent leurs vies. C'est pourquoi les commentateurs de Project Syndicate reflètent la variété de professions, nationalités, milieux culturels et perspectives politiques du monde.

____________

 

 

Actualités

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2022

’Internationale socialiste des femmes (ISF) applaudit le thème de la journée internationale des femmes de l’année 2022 « L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable »...

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 Novembre 2021

Cette année, la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est l'occasion de rappeler avec force à notre communauté mondiale les niveaux inacceptables de violence que les femmes et les filles subissent chaque jour, partout dans le monde...

Une bonne éducation est la meilleure garantie pour une bonne vie

Article de Tuula Peltonen, publié dans le journal Brussels Morning le 09 septembre 2021

En Finlande, les écoles commencent tout juste leur session d'automne. Malgré la pandémie de coronavirus, les écoles rouvriront normalement et des milliers d'enseignants reprendront l'enseignement...

Déclaration sur la situation des femmes et les droits des femmes en Afghanistan

26 août 2021

Suite à la chute de l'Afghanistan aux mains des talibans, l'Internationale socialiste des Femmes affirme sa ferme solidarité aux côtés de la communauté internationale, à la fois pour condamner toutes les formes de violence et d'oppression en Afghanistan et pour soutenir fermement les civils innocents pris dans cette situation affligeante...

Le rôle des femmes dans une paix durable pour un développement inclusif et la sécurité économique

Article de Shazia Marri, publié dans le journal Brussels Morning le 30 juillet 2021

Tout au long de l'histoire, les femmes ont joué un rôle central dans le façonnement de l'avenir. Qu'il s'agisse des luttes pour la liberté en Asie et en Afrique ou de l'essor économique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ont prouvé à maintes reprises leur résilience face au danger comme aux difficultés...

L’annulation de la dette - Un soulagement pour les femmes de ces pays

Article de Chantal Kambiwa, publié dans le journal Brussels Morning le 17 juin 2021

La question de la reconnaissance des droits des femmes et des filles dans différentes régions du monde et plus particulièrement en Afrique, est de plus en plus au cœur de plusieurs stratégies de développement. Est-ce une reconnaissance de ses valeurs ainsi qu’une volonté de la voir s’épanouir ?...

Nous devons défendre les progrès en matière d'égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

Article de Ouafa Hajji, publié dans le journal Brussels Morning le 24 mai 2021

Les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné pour l'arrêt économique pendant la pandémie, en particulier dans les pays en développement; nos politiques devraient empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Hajji...

Notre soutien à Sandra Torres

30 avril 2021

L’Internationale socialiste des Femmes, ISF, souhaite exprimer son soutien à Sandra Torres, dirigeante de l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE) du Guatemala et l’une des vice-présidentes de l’IS....

Réunion du Conseil de l'ISF

30 avril 2021

Comment réinventer notre avenir après la COVID-19

Les femmes sont la patrie des autres

Article de Hilal Dokuzcan, publié dans le journal Brussels Morning le 30 mars 2021

Alors que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul, à laquelle un gouvernement de l'AKP a adhéré en 2011, un politicien turc réfléchit à la poursuite des femmes partout dans le monde. Il n'y a pas de patrie pour les femmes, souligne-t-elle, à part les autres femmes...

Déclaration sur le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul

22 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes est attristée d’apprendre la décision de la Turquie de se retirer de la Convention d’Istanbul déterminée par un décret présidentiel du 20 mars 2021...

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique – La clé pour obtenir l’égalité des sexes

16 Mars 2021

65 Session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) Nations Unies, New York, du 15 au 26 Mars 2021

Événement parallèle organisé par l’Internationale Socialiste des Femmes

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) applaudit chaleureusement le thème de la Journée internationale des femmes de cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »..

Bonne fêtes

Décembre 2020

Paíx et égalité pour 2021

Publications

Les cent premières années

Bref historique de l'Internationale socialiste des Femmes

Par Irmtraut Karlsson

Ce livre raconte l'histoire des cent premières années de l'Internationale socialiste des Femmes

FIN